Rechercher

Non, non et non!

Bonjour!

Aujourd'hui un thème un peu délicat, qui questionne tous les futurs et jeunes parents: comment apprendre à nos tout-petits les interdits, comment leur mettre des limites, comment poser un cadre.

Tout d'abord, un petit mot sur les "bêtises" des enfants. J'ai mis entre guillemets car soyons clairs dès le départ, chez le petit enfant, ça n'existe pas.

Enfin pas au sens de "il le fait exprès juste pour m'embêter". J'ai préféré remplacer le terme bêtise par expérience. Mes enfants font des expériences, avec ou sans succès.

Il faut savoir que le cerveau de l'enfant est programmé pour explorer, découvrir, apprendre, manipuler. Et la curiosité de la nouveauté est un formidable moteur de développement. Toutes les nouvelles acquisition de ton cher enfant sont nées grâce à l'exploration. Avant d'acquérir une nouvelle compétence, on a souvent besoin de la phase "je me trompe et je recommande", et j'ai bien envie de te rappeler que cela va durer toute la vie. Freiner, réprimander ou interdire cette curiosité naturel renvoie un message assez terrible à l'enfant : explorer c'est mal! A ton avis, quelles conséquences cela peut avoir sur son psychisme ce genre de messages? A mon humble avis, rien de bon.

Un exemple tout bête : le fait de jeter tout ce qu'il y a à porter de main par dessus la chaise haute. Bébé attend que tu ramasses et que tu lui redonnes pour recommencer immédiatement. Je suis d'accord pour dire que ça peut devenir sacrément pénible comme jeu mais voyons ce qui se cache derrière (parce qu'on le sait, il y a toujours un objectif derrière chaque comportement). En fait à ce moment là ton bébé découvre deux notions importantes : l'attraction terrestre et sa capacité à avoir un contrôle sur un objet. Point de manipulation en vers son parent vois-tu.

Cependant on est d'accord qu'il faut mettre des limites à notre petit explorateur pour sa sécurité physique et psychologique. Qu'on soit bien d'accord, l'éducation bienveillante/optimiste/positive (rayer la mention inutile) c'est savoir poser un cadre suffisamment large pour permettre à ton enfant de se développer et suffisamment réduit pour ne pas le mettre en danger.

Alors concrètement, comment on s'y prend?

  • on change de vocabulaire et de syntaxe : on sait désormais grâce aux neurosciences que le cerveau n’intègre pas la négation (expérience bien connue, si je te dis de ne pas penser à un éléphant, tu penses....à un éléphant! et on est d'accord que tu n'as pas fait exprès de penser à cet éléphant...). Pour un tout-petit on va privilégier le "Stop!" avec le geste de la main correspondant plutôt que le "non!". On va faire attention à formuler positivement les injonctions (je t'ai mis en pièce jointe un document-ressource à ce sujet). Par exemple j'ai vite constaté que mon "Ne cours pas!" à la piscine était totalement inefficace et que ça marche beaucoup mieux quand je pense à reformuler avec un "A la piscine, on marche."

  • On répète, encore et encore, avec patience et empathie dans la mesure du possible. Mais une fois qu'on a bien compris qu'il s'agit d'un manque de capacité et pas de provocation ou de caprice, c'est plus "facile" de garder patience.

  • Sécuriser et adapter l'environnement : comme on l'a dit un peu plus haut, quand bébé commence à découvrir son environnement, enlève ce qui casse, ou ce à quoi tu tiens. Je me souviendrai toujours d'une fois où je n'étais pas encore maman, des amis sont venus nous rendre visite avec leur petit de 18 mois qui touchait à tout, forcément. Et ils ont passé leur après-midi à lui taper sur la main en lui interdisant d'explorer ce nouvel environnement. J'étais très peinée pour lui mais aussi pour eux, qui ont du passer un sacré mauvais moment.

  • On lâche prise : est-ce vraiment grave si ton bébé vide le placard de casseroles ou déchire en morceau ce magasine par rapport aux acquisitions qu'il pourrait en retirer ? Le lâcher-prise pourrait être le sujet d'un mail à part entière tellement je le trouve à la fois essentiel et compliqué à mettre en place dans notre relation avec nos enfants. Choisis tes combats et ne garde que ceux qui sont vraiment important

Je te laisse avec mes recommandations livresques pour les parents :

Et pour les petits, voici mes préférés (oui j'adore Jeanne Ashbé) :

Allez je te laisse et je te dis à demain!

Et en attendant, "porte"-toi bien!


Marie



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La motricité libre, kézako?

Bonjour! Aujourd'hui un mail un peu spécial puisque nous avons une invitée, Marion Larroche, psychomotricienne, à laquelle j'ai posé plusieurs questions au sujet de la motricité libre. Je te laisse dé