Rechercher

Les écrans et les enfants


Les écrans : grand sujet d'actualité en ce qui concerne les enfants en particulier et la société en général. J'ai moi-même été une enfant "Club Dorothée" et Walt Disney mais je n'ai pas le souvenir d'y avoir été dépendante dans mon enfance. Mon père regardait tous les soirs les informations et nous mangions devant le BigDeal et l'Or à l'Appel (seuls les trentenaires peuvent comprendre). Mais je sais aussi qu'à côté de ça je passais beaucoup de temps dehors avec mes amis à faire des chasses à l'homme géantes et des batailles d'eau de ouf (j'ai grandi dans une caserne de gendarmerie qui regroupaient plus de 300 familles donc je vous laisse imaginer ce que ça pouvait donner une fois tout le monde dehors...). Plus petite, à la période dont je n'ai pas de souvenirs, Maman jouait beaucoup avec moi...mais le smartphone n'existait pas... et ça, je pense que ça change la donne. Nous avons parlé précédemment des neurones-miroirs et du fait que l'on reproduit ce que l'on voit quand on est petit. Aujourd’hui la grande majorité des parents ont un smartphone chacun, sans parler de la télé allumée, de la tablette et de l'ordinateur éventuellement. Dons par ricochet nos enfants sont beaucoup plus susceptibles d'y être exposés. Chez nous c'est clairement le cas. Mon téléphone étant mon principal outil de travail et les réseaux sociaux mes indispensables outils de communication, j'y passe clairement beaucoup (trop) de temps. J'en suis bien consciente et j'essaie de travailler dessus, pas facile de mettre des limites et de dire aux parents qui me contactent souvent avec une question urgente que je leur répondrai plus tard... il faudrait que j'apprenne à dire non, mais ça c'est une autre histoire. Bref revenons en à nos moutons. Nos enfants et les écrans. Matt y a été exposé très jeune. Je me souviens que dès un an il était fan de la Maison de Mickey, que dès qu'il a été diversifié, pour le faire manger, nous le mettions devant la télé avec sa chaise haute afin de détourner son attention (et ça marchait très bien, sauf qu'il mangeait sans en prendre conscience et ça me fait froid dans le dos quand j'y repense). Il a eu une tablette spécial enfant à son 3ème Noël aussi. Aujourd'hui, il s'en passe et je pense que ce qui nous a "sauvés" c'est qu'il a une vie sociale riche et que j'ai toujours eu beaucoup d'interactions avec lui grâce à toutes les activités que je lui ai proposé à côté. Pour Aline, nous avons réduit par rapport à Matt et du coup je pense que ça aussi ça a contribué à limiter les dégâts avec son frère. Vu que nous étions en D.M.E. (Diversification Menée par l'Enfant) nous mangions tous ensemble à table et nous n'avons pas de télé dans la cuisine. Nous sommes donc dans une société numérique hyper connectée et nos enfants sont impactés. C'est un fait. Ce n'est pas un problème à mon sens quand c'est mesuré, limité, accompagné. Quand on propose d'autres choses, quand on est capable de poser son téléphone quand bébé nous sollicite, quand il connait notre visage autrement qu'avec un téléphone devant en train de le mitrailler de photos (sans le flash bien sûr), quand on joue, quand on lui parle, quand on communique avec lui et quand il n'est pas posé devant la télé toute la journée. Avant on ne connaissait pas les conséquences d'une surexposition aux écrans de nos enfants sur leur développement. Et puis la question ne se posait pas. Maintenant des études ont été réalisées et on le sait (sources : Naître et Grandir). Une très grande exposition serait associée à :

  • une moins bonne motricité à l’entrée à l’école parce qu’ils n’ont pas assez couru, sauté, lancé, dessiné ou découpé;

  • de faibles habiletés sociales en raison d’un manque d’interactions;

  • des capacités cognitives moins élevées, particulièrement en ce qui concerne la mémoire à court terme, le développement du langage et l’apprentissage de la lecture et des mathématiques;

  • un mauvais contrôle des émotions et des comportements (agressivité, difficulté à se calmer seul et passivité);

  • des difficultés d’attention;

  • des problèmes de sommeil;

  • une mauvaise estime de soi;

  • des problèmes de santé (surplus de poids, obésité, fatigue, maux de tête, myopie, problèmes de posture, mauvaise alimentation, hypertension, diabète de type 2, problèmes cardiovasculaires à long terme, etc.)

La notion de "très grande exposition" pouvant être différente selon les familles, il est possible de se mettre quelques limites. L'infographie suivante réalisée par HopToys est super et peut être imprimée et affichée sur le frigo en rappel (et pour semer des graines pour les autres membres de la famille).



Aujourd'hui avec nos enfants de 4 ans et demi et 8 ans, voici les quelques règles que nous avons mises en place :

  • pas de télé les jours d'école, ni le soir ni le matin

  • pas d'écrans dans leur chambre

  • le week-end un dessin animé par jour

  • nous utilisons uniquement du streaming (Netflix et Disney+) donc pas de publicité

  • la tablette de Matt n'est pas en accès libre ni visible donc il n'y pense pas et ne la demande que très rarement

  • ils n’utilisent pas nos téléphones portables

Ce sont de petites règles vraiment pas difficiles à mettre en place et qui sont connues de toute la famille. Elles sont aussi flexibles notamment quand je suis seule et que j'ai besoin de rester concentrée pour travailler ou bien les jours de pluie ou de petites maladies. En ce qui concerne le temps qu'ils passent chez les autres (mamie, tatas etc.) je n'interviens pas. Je ne peux pas tout contrôler et je ne veux pas dire aux autres ce qu'ils doivent faire chez eux, même si c'est avec mes enfants. Je pense que ce que nous mettons en place à la maison permet d'être plus souple chez les autres et puis soyons honnêtes, il ne va rien leur arriver de grave si 3 jours de suite ils ont regardé plus d'écrans que d'habitude. Cela les rendra peut être un peu plus difficiles pendant quelques jours mais ça rentrera dans l'ordre et ça m'aura éviter un incident diplomatique familial ;-) Il faut selon moi retenir trois choses essentielles :

  1. les écrans ne sont pas une source d'apprentissage. C'est un divertissement, point barre. Un enfant n'apprendra pas mieux à compter, à lire (quoique il paraît que j'ai appris les lettres en regardant Des Chiffres et Des Lettres) ni à parler anglais grâce à un programme télévisé

  2. ne jamais laisser un enfant de moins de trois ans seul devant un écran : il est important de rester dans la communication et de pouvoir verbaliser une scène un peu effrayante par exemple

  3. ne pas culpabiliser de ce que tu as déjà fait vis à vis des écrans avec ton enfant. On est ici et maintenant, ce qui est fait est fait et tu as fait de ton mieux à ce moment-là.

Voilà c'est tout pour aujourd'hui, j'espère que cela t'aura apporté quelques réflexions. N'hésites pas à venir partager ton expérience sur notre groupe Facebook privé, c'est par !


A demain,


Marie

41 vues0 commentaire