Rechercher

Le Pouvoir des réflexes archaïques


Aujourd'hui j'ai envie de parler avec toi d'un sujet dont j'ai découvert l'importance assez récemment : les réflexes archaïques. Ces mouvements spontanés et involontaires en réponse à des stimulis sont testés dès la naissance afin de vérifier le bon fonctionnement du système neurologique du bébé. C'est dire s'ils sont importants et pourtant on en parle très peu. Ils permettent à l'enfant de survivre, de se mouvoir, de s'éveiller, de se coordonner. Ces réflexes archaïques (RA) émergent pendant la grossesse, se développent et la plus part sont intégrés avant l'âge d'un an, laissant place au mouvement volontaire. Lorsque pour une raison X ou Y, l'un de ces réflexes est mal intégré, cela peut avoir des conséquences sur le développement psychomoteur, la coordination, la concentration, les apprentissages, etc. Voici quelques-uns des motifs qui pourraient provoquer une mauvaise intégration de ces réflexes :

  • Problèmes durant la grossesse

  • Problèmes durant la naissance

  • Utilisation de parc, trotteurs, youpala…

  • Violence

  • Mauvaises habitudes posturales

  • Manque de mouvement (sédentarité)

  • Chocs physiques ou émotionnels…

Faisons un petit tour des principaux réflexes chez le nouveau-né : 1. Le grasping ou réflexe de préhension : il se remarque quand, 'n stimulant la paume de la main de bébé, celui-ci agrippe automatiquement au doigt, tellement fort qu'il pourrait tenir suspendu si c'était une corde. C'est ce réflexe qui permettait au tout-petit humain de s'agripper aux poils de sa mère il y a des milliers d'années et qui est toujours sollicité pendant le portage. Ce réflexe mal intégré entraîne des difficultés de préhension et de motricité fine. On peut s'imaginer que tenir une fourchette à table est beaucoup plus compliqué avec un grasping encore présent.


2. Le réflexe de succion et déglutition : ces deux réflexes sont essentiels puisqu'ils permettent au bébé de se nourrir seul. Ce sont les premières fonctions motrices à se mettre en place in-utero. Bébé a donc déjà toutes les compétences pour téter le jour de sa naissance. Le réflexe de succion évoluera vers l'âge de 6 mois pour laisser la place au réflexe masticatoire qui lui permettra de manger solide. Cette petite vidéo en anglais l'illustre parfaitement. 3. Le réflexe des points cardinaux : il apparaît lorsqu'on stimule les points cardinaux autour de la bouche de bébé, il va bouger la tête du côté stimulé. Ce réflexe permet au bébé de trouver le mamelon ou le biberon et ensuite déclencher le réflexe de succion. Je voulais te mettre le lien d'une vidéo mais tous ces bébés qui pleurent pendant les examens médicaux m'en ont dissuadée. Je te laisse donc faire tes petites recherches.


4. Le réflexe de Moro : c'est un réflexe de protection qui se caractérise par l'écart spontané des bras. In utero ce réflexe permet à bébé de ne pas s'enrouler dans le cordon. Après la naissance, ce réflexe peut être assez désagréable car bébé, qui touchait les parois utérines en faisant ce geste, est confronté au vide. Il disparaît assez rapidement mais pour ceux qui y sont très sensibles, l'emmaillotement ponctuel (avec les mains près du visage) peut aider.



5. La marche automatique : lorsqu'on met bébé en position verticale sur une table, à son contact il effectue des mouvements similaires à la marche en se redressant. Il est commun à plusieurs mammifères et permet aux petits d'espèces nidifuges de se déplacer peu de temps après la naissance (chevaux, moutons, girafes, etc.). 6. Le réflexe de fouissement : ce réflexe essentiel à la survie du tout-petit permet au bébé de se repérer olfactivement pour trouver le sein. Il lui permet aussi grâce à l'odeur de son parent de s'apaiser car il reconnait qu'il est dans un environnement sécure. Une jolie vidéo de bébé utilisant son réflexe de fouissement pour atteindre le sein de sa maman ici. Mais que faire si ton enfant n'a pas pu intégrer totalement ou partiellement un réflexe ? La première chose c'est de faire en sorte que tout se passe pour le mieux et pour cela les principes de la motricité libre te seront d'une grande aide. Si jamais tu l'as loupée, j'ai réalisé l'interview de Marion Larroche, psychomotricienne qui nous explique tout à ce sujet. Tu peux la retrouver ici. Si jamais pour une des raisons citées plus hauts, quelque chose a empêché cette intégration totale ou partiel, il existe des possibilités de corriger cela. Je vais prendre un exemple que je connais bien : mon fils. Depuis quelques temps je me suis rendue compte, surtout grâce à sa sœur en fait (je peux comparer même si je sais qu'il faut pas, des fois ça aide 😅) qu'il avait des soucis de coordination droite/gauche et des difficultés à se tenir sur une chaise. Concrètement il ne sait pas se servir de ses couverts et encore moins manipuler le couteau et la fourchette en même temps. Grâce à une amie, j'ai découvert qu'il existait une formation professionnelle des techniques qui permettent une réintégration de ces réflexes "défaillants" : l'intégration motrice primordiale (IMP). Ce qui est génial J'ai pris rdv et nous rencontrons Lynda Pourchet à Sarlat le 4 juin prochain. Je te tiendrai au courant du processus et des résultats ;-) J'espère que ce sujet t'aura intéressé, malheureusement il n'y a pas beaucoup de littérature et de sites internet ressources pour aller plus loin sur le sujet. En tout cas, si tu as de ton côté des références à recommander, n'hésites pas à me les transmettre. Et n'oublies pas de nous rejoindre sur le groupe de discussion privé Facebook en cliquant juste ici. A très vite! Marie

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La motricité libre, kézako?

Bonjour! Aujourd'hui un mail un peu spécial puisque nous avons une invitée, Marion Larroche, psychomotricienne, à laquelle j'ai posé plusieurs questions au sujet de la motricité libre. Je te laisse dé