Rechercher

Ces douces violences...

Salut !

J'espère que tu vas bien et que l'interview avec Sandy t'a plu.

Aujourd'hui le thème que je souhaite aborder avec toi est sujet à polémique. Entre les "c'est bon, ça va pas le traumatiser" et les "on a toujours fait comme ça", les avis divergent. Ce sujet c'est celui de la non-violence éducative.


Et comme c'est assez vaste, j'ai choisi de te parler spécifiquement de ce qu'on nomme les "Douces Violences". En littérature il s'agit d'un oxymore (je savais bien que mon bac littéraire me servirait un jour...) et vise à souligner l'absurdité en associant deux termes qui s'opposent.

C'est une prise de conscience qui, contrairement à la motricité libre, à l'allaitement maternel et au portage physiologique, est arrivée très tôt dans ma parentalité. Je me suis très rapidement demandé comment accompagner et éduqué mon fils, et plus tard ma fille, dans le respect de sa personne.

Mais tout d'abord voyons ce que sont ces douces violences : c'est un ensemble de gestes et de mots que nous adressons à notre bébé dès son plus jeune âge qui nuisent à son intégrité physique et morale sans en avoir aucunement l'intention. Pour les identifier, je fais un truc tout con, je me demande "est-ce que si c'était un adulte, je me permettrais de le faire ?" Si la réponse est non, il est bon de savoir si c'est par facilité, par automatisme ou si c'est parce que mon enfant n'est pas encore capable d'accomplir le geste seul. Et si ce geste ne peut pas être fait par mon enfant lui-même, que puis-je mettre en place pour faire en sorte de le respecter.

Un exemple tout simple pour illustrer, en lien avec mon mail d'hier sur la diversification alimentaire. Le repas est terminé, mon enfant est tout barbouillé et a besoin d'être nettoyé.

Deux options s'offrent à toi :

· tu vas chercher une lingette que tu mouilles à l'eau froide, tu arrives par derrière et tu le nettoies sans un mot

· tu fais remarquer à ton enfant qu'un petit nettoyage s'impose, tu vas mouiller une lingette à l'eau chaude, tu reviens devant ton enfant et tu le débarbouilles en expliquant ce que tu fais

Je ne sais pas quelle méthode tu utilises et à la limite on s'en fout. Ce qui compte c'est maintenant et la sensation que cela a provoqué en toi à la lecture de ces deux options.

Si tu es plutôt dans la seconde, c'est cool ! Si tu es dans la première et que ça te pose question, tu peux décider de faire autrement. Si tu es dans la première et que tu ne vois pas le problème, mets-toi à la place de ton bébé et demande-toi si tu apprécierais que quelqu'un passe derrière toi et te frotte le visage sans prévenir avec un truc humide et froid.

Il y a d'ores et déjà pléthore de ressources à ce sujet sur le net et je ne vais pas refaire le monde. Je te partage une affiche de Bougribouillons dont j'adore le travail et dont je t'invite vivement à visiter le site.




Les douces violences sont le sujet d'un thème récurrent dans le monde des professionnels de la petite enfance, notamment en mode d'accueil (assistantes maternelles, garde à domicile, multi-accueils, écoles, etc.) parce que plus qu'ailleurs le personnel, souvent insuffisant en nombre, peut avoir tendance à agir en mode automatique et à la chaîne pour prendre soin des enfants, sans avoir conscience des conséquences que cela peut avoir sur le développement psychosocial de l'enfant. Alors si jamais tu es concerné.e, n'hésites pas à en parler autour de toi. Le travail de Christine Schuhl (dont j'ai lu quelques livres et assisté à une conférence) et de Arnaud Deroo est formidable et leurs ouvrages destinés à l'origine pour les professionnels de la Petite Enfance sont tout à fait accessibles et pertinents pour le grand public.

Le truc qui a été le plus gros déclic pour moi c'est cette notion de mettre des étiquettes aux enfants et l'illustration d'Héloïse Weiner a été une vraie claque pour moi.

Je te laisse là-dessus, j'ai hâte d'échanger avec toi à ce sujet ! D'ailleurs en parlant de ça, ça te dirait que je créé un groupe Facebook ou WhatsApp pour continuer à échanger entre nous autour des thèmes que j'aborde et plus si affinités ? Donne-moi ton avis ici ;-)


A demain!


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La motricité libre, kézako?

Bonjour! Aujourd'hui un mail un peu spécial puisque nous avons une invitée, Marion Larroche, psychomotricienne, à laquelle j'ai posé plusieurs questions au sujet de la motricité libre. Je te laisse dé