Rechercher

Ça y est ! Elle est propre !

Coucou!

Aujourd'hui nous sommes le 3 mai, c'est le dernier jour pour profiter du tarif de lancement de la 1ère formation en ligne pour tout savoir sur les couches lavables et enfin se lancer dans l'aventure, bonne pour la planète et


pour les fesses de ton tout-petit ! Pour en profiter, c'est par ici!

Sans transition, j'ai envie de te parler aujourd'hui de l'acquisition de la continence.

C'est un sujet d'actualité chez nous puisque ça y est Aline a décidé qu'elle était prête pour ne plus porter de couches la nuit. Donc je n'ai officiellement plus d'enfant en couche à la maison. C'est une sacrée étape ici, pour elle comme pour moi car nous n'aurons plus de bébé. Je me sens un peu nostalgique mais aussi très fière d'elle.

Alors commençons, si tu le veux bien, par revenir aux bases et comprendre comment fonctionne la continence chez l'enfant.

Tout d'abord il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un apprentissage mais bien d'une acquisition. La différence? Elle est de taille! On apprend pas à se retenir, on acquiert des capacités physiologiques qui nous permettent de se retenir. C'est comme la marche ou le langage en fait.

La continence est possible quand l'enfant sait contrôler ses sphincters (muscles qui permettent de maintenir fermés les orifices de la vessie et de l'anus), généralement autour de 2 ans. Il faut aussi qu'il ait un bon équilibre (pour tenir sur les WC ou le pot, c'est mieux ;-) ) et on dit généralement que quand l'enfant sait monter les escaliers debout, ça serait le bon moment.

Alors c'est quand le bon moment?

Et bien il va falloir tenter de repérer les signes d'intérêt de ton bébé. Parce que au final, il n'y a que lui qui sait quand c'est le bon moment, ce n'est pas mamie, le carnet de santé ni la rentrée scolaire.

Du coup, comment on fait concrètement?

On propose, bébé dispose.

  • Tu peux commencer par installer un pot à sa disposition dans les toilettes ou dans la salle de bain (pas au milieu du salon, histoire de lui offrir l'intimité dont il aurait besoin, cf. les douces violences d'hier ;-) )

  • Changer son vocabulaire et prendre l'habitude de parler de continence et non pas de propreté. Dire d'un enfant qu'il n'est pas propre peut sous entendre dans sa petite oreille qu'il est sale... et bonjour la confiance en soi!

  • S'il t'accompagne aux WC, n'hésites pas à lui expliquer ce que tu fais et pourquoi. Tu peux aussi verbaliser en exprimant "tiens j'ai envie de faire pipi/caca, il faut que j'aille aux toilettes!" (on est d'accord qu'on a laissé un sacré morceau de notre dignité le jour de la naissance...).

--> N'oublies pas que la plus part des acquisitions se font par mimétisme grâce aux fameux neurones-miroirs (à ce sujet je vous recommande l'excellente vidéo de Céline Alvarez).

  • Enrichir la bibliothèque avec des livres bienveillants sur le sujet comme :

- De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête (notre préféré, on le connaît par coeur)

- Le pot - Caillou

- Qu'y a-t-il dans ta couche?

  • Une grande dose de lâcher-prise et de décontraction : ne t'inquiète pas, un jour ou l'autre, la couche ça sera terminé. Je ne connais pas d'adulte sans handicap qui ne soit pas continent :-). Patience, empathie et humour seront les clés de cette étape importante. Se mettre la pression et la mettre à son enfant ne donnera rien de positif, comme dans toutes les étapes de son développement, fais-lui confiance et laisse-le aller à son rythme. En faire un sujet d'état récurent et ne parler que de ça, demander sans cesse "t'as envie de faire pipi?", "t'es sûre que tu veux pas aller aux toilettes?" ne fait qu'accentuer le "problème" (et je sais de quoi je parle, je suis tombée dans cet écueil )

  • Et si accident, dédramatiser la situation, déculpabiliser et accompagner. Ce n'est pas grave ! Pour les nuits, je mettais deux jeux de draps sur le matelas en mille-feuille (une alèse/un drap-housse/une alèse/un drap-housse) pour que le changement de drap en milieu de nuit soit plus facile. Et puis j'ai aussi investi dans des caradoux (j'ai pris les miens sur Vinted). J'en ai un de prêt dans l'armoire pour aller plus vite et ils ont un pot dans leur chambre pour si jamais pas le temps d'aller jusqu'aux WC.

  • Si ton bébé va être gardé par un tiers ou y est déjà, c'est une question essentielle à aborder et il est important d'être sur la même longueur d'ondes à ce sujet.

Quant à l'école, la sieste et la nuit, ça suivra! Matt a été continent à la sieste le jour de la rentrée ! Et pour l'anecdote, je me suis "inquiétée" de ça l'avant-veille ! Je me souviens m'être dit "merde! il rentre à l'école dans 2 jours et il a toujours une couche à la sieste !" Et bien c'est passé crème !

Matt a été continent la nuit à 5 ans et demi et Aline un an plus tôt. Le caca a été ce qui a été le plus compliqué pour nous, certainement à cause de leurs problèmes de constipation quand ils étaient bébés.

Voilà j'espère avoir fait le tour de la question, encore une fois il n'y a pas de bonne ou de mauvaise méthode quand on les applique en toute connaissance de cause.

N'oublies pas de partager tes astuces/questions et expériences en retour de mail et de répondre au questionnaire (il n'était pas accessible hier...) quant à la création d'un groupe de discussion. Et tu peux aussi partager le lien pour adhérer à la newsletter à tes ami.e.s si tu penses que ça peut les accompagner dans leur parentalité.


Bon dimanche et à demain!


Marie pour Le Chouette Koala

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La motricité libre, kézako?

Bonjour! Aujourd'hui un mail un peu spécial puisque nous avons une invitée, Marion Larroche, psychomotricienne, à laquelle j'ai posé plusieurs questions au sujet de la motricité libre. Je te laisse dé